jeu. Juil 18th, 2019

8èmes finales : Le hold-updes Écureuils célébré en St Sylvestre au Bénin 

Après leur coup de chapeau face au Cameroun et qui leur a ouvert la voie des huitièmes de finale de cette merveilleuse Can Egypte 2019, les Jaunes du Bénin étaient attendus, ce vendredi face aux Lions de l’Atlas qui détenaient jusque là, le football le plus esthétique de cette  grand-messe du football africain. Attendue comme un outsider qu’il fallait suivre comme du lait sur le feu, la sélection béninoise après avoir tenu tête à certains leaders du football africain à l’instar du Ghana et du Cameroun, vient de faire tomber une autre grosse écurie du football africain qu’est le Maroc. Dans un stade d’une clameur spectaculaire, d’un pré verdoyant et soigneux, les écureuils du Bénin après toutes les péripéties de ce match, ont roulé dans la poussière les lions avant de les décapiter au terme de la séance des tirs au but qui s’est soldé par le score de (4-1 ) ouvrant ainsi la porte des quarts de finale aux protégés de Michel Dussuyer.
La fin de ce match épique a plongé tout le Bénin dans une soirée festive. Le  nouvel exploit de Saturnin Allagbé et ses pairs a créé une euphorie générale sur la terre de Behanzin. Le contract du bruits des vouvounzélas, des klaxons des véhicules et engins qui s’additionnent aux cris perçants des supporters au comble de la liesse, a plongé le pays dans un el dorado paradisiaque. Le vent ambiant faisait entendre de partout les explosions éblouissants des pétards âpretés pour la circonstance. Tout le Bénin était en communion avec des chants d’allégresse et de joie. Les divergences politiques, religieuses, voire même sociales ont été dissipées. Toutes les grandes routes du pays étaient envahies par la marée humaine de  supporters visiblement surexcités par cette grande victoire. La victoire de David sur Goliath, si on se permettre cette allégorie biblique, a eu des résonnances dans tout le pays jusqu’au petit matin. La nuit aura été longue et blanche pour la plupart des supporters qui ont pris d’assaut les bars, les vip et les restaurants laissant penser de ce fait à une nuit de veille de nouvel an. Voilà qui confirme tout l’attachement de ce peuple au football, ce sport que les béninois adulent follement et pour lequel ils souhaitent une ascension sans pareille de leurs pays.
Camille Houssou

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *