jeu. Juil 18th, 2019

Bénin # Cameroun : Sègbè Azankpo, Poté, Khaled, Kiki et Jordan se prononcent après l’historique qualification  

Mardi 2 juillet 2019, au stade de Ismaïlia, les Ecureuils du Bénin se qualifient pour les huitièmes de finales d’une phase finale de Coupe d’Afrique des nations de football (Can). Une première dans l’histoire du pays. Comme les 11 millions de béninois, les joueurs aussi sont contents d’avoir fait le job même si c’est dans la douleur.
Stephane Sessegnon, capitaine des Écureuils :  » Cela a été un match difficile. On y a cru. Parce qu’on savait qu’on allait jouer dans un groupe très difficile. Franchement, on y avait cru. On ne doutait pas. Donc, c’est l’aboutissement du travail qu’on a eu à abattre depuis le début de la compétition. Maintenant on reste en lice et on continue avec la même ambition. Qu’on soit encore là n’est pas un bonus. Nous n’avons pas encore gagné un match. Si on le fait désormais, on passera en quart de finale et ce sera génial. Car, gagner reste toujours l’ambition. Et ça passera par une victoire contre le Maroc. On jouait contre une équipe qui allait avoir tout le temps le ballon. Donc, il fallait défendre, se donner et tenir bon comme on l’a fait. C’est normal que je me sois mis au service du collectif. Dans ce genre de rencontre, l’individualité ne prime pas sur le collectif. Donc, nous avons pris ce soir tout ce qui est souffrance parce que je pense qu’on n’avait plus besoin de ça ce soir. C’est vrai qu’on a souffert dans le jeu, mais le plus important c’est de sortir de cette poule. Je suis plus que heureux ce soir. Ça fait un moment qu’on travaille pour ça. On sort de cette poule sans une victoire, mais sans une défaite aussi.
Désiré Sègbè Azankpo : « Il y avait assez de pression au début du match que nous avons pu gérer. J’avoue que c’était très difficile. Nous sommes rentrés dans le match timidement, mais avec beaucoup de sérieux. Le coach nous a soutenu et nous a remonté le moral. Nous avions pu obtenu  ce nul qui nous qualifie pour la première fois de l’histoire au tour suivant d’une phase finale de Coupe d’Afrique des nations. Je suis aux anges. »
Michaël Poté : « Le plus important aujourd’hui est la qualification que nous avons obtenue  face aux champions en titre d’Afrique. Je vous l’avais dit au départ que le Bénin allait se qualifier pour les huitièmes de finales de cette compétition. C’est chose faite. C’est
une grosse satisfaction pour nous. »
Khaled Adénon : « Cela fait du bien de se qualifier pour les huitièmes de finales. C’était l’objectif même si nous avons concédé trois matches de suite. C’est aussi une performance parce que nous n’avons pas perdu en phase de poule. C’est du bien, même si nous avons souffert. Nous avons tenu bon. Je suis content avec mes coéquipiers d’avoir offert cette historique qualification au peuple béninois. J’imagine l’ambiance à Cotonou, à Parakou, à Porto-Novo, à Abomey et autres. »
David Kiki : « De très bonnes impressions. Nous savions pourquoi nous sommes venus en Egypte. Il fallait tout donner sur ce match, nous l’avons fait et nous avons obtenu cette qualification. Nous sommes aux anges. »
Jordan Adéoti : « Nous avons défendu assez bas pour contrer cette équipe du Cameroun qui a du talent. On aurait pu attaquer pour faire de belles choses avec le ballon mais nous avions été prudents. Au finish, l’objectif est là, nous sommes en huitième de finales. Nous sommes satisfaits. Nous imaginions avoir fait du bien au pays. Nous avons fait trois matches sans défaites face au Ghana, à la Guinée Bissau et face au Cameroun. Nous sommes fiers de nous même si le travail doit continuer. Nous croyons en nous-mêmes. »
De Ismaïlia, Pérez Lekotan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *