lun. Août 19th, 2019

Fin de parcours pour les Écureuils

Les Togolais viennent de mettre fin à une série d’invincibilité des Béninois au football. En effet, après un nul et vierge au stade Charles de Gaulles de Porto-Novo, les Écureuils du Bénin ont été dans l’après-midi de ce dimanche 4 août au stade de Kégué entièrement rénové.
Alors que le score à la pause était de 0-0, les hommes de Moussa Latoundji vont encaisser l’unique but de la partie à la 72eme minute de jeu par l’intermédiaire de Tchakeyi Marouf, joueur de Asko de Kara du Nord Togo.
Malgré l’entrée en jeu tardive de Mouri Ola Ogounbiyi et les quatre minutes du temps additionnel, le score restera inchangé jusqu’au coup de sifflet final de l’arbitre Burkinabè, Boureima Sanogo. Togo 1 # 0 Bénin : les Écureuils s’inclinent et sont éliminés. Le Togo affronte le Nigeria au prochain tour de ce deuxième tour des éliminatoires du 6ème Championnat d’Afrique des nations (Chan), Cameroun 2020.
Le vrai visage du championnat révélé 
On ne va pas tout jeter dans cette équipe et on doit aussi être indulgent vis-à-vis de l’encadrement technique. Pour rappel, un championnat de plus de 36 journées, les meilleurs buteurs sont à 15 buts à peine. Les victoires de deux buts d’écart étaient si peu lors des matches. Il faut ainsi reconnaitre que le Bénin a un gros problème de finition et il revient aux entraineurs des clubs de Ligue 1, 2, et 3 et aussi aux formateurs de travailler les attaquants dans ce sens. De l’autre côté, il faut revoir les cursus de formation. Mette encore l’accent sur la finition pour que depuis les centres de formation, les joueurs apprennent à mieux frapper pour attraper le cadre une fois qu’ils sont dans les 20 derniers mètres. C’est un problème à vraiment prendre au sérieux. Cette défaite reflète le niveau de notre championnat. Il faut continuer à travailler et à rendre professionnel ce championnat.

1 thought on “Fin de parcours pour les Écureuils

  1. Vous avez tout dit : le problème c’est les entraineurs et des formateurs …. On prend chaque fous les mêmes et on recommence. Pourquoi ne pas faire jamais appel aux bons comme Alphonse HONDJO et Adolphe OGOUYON ? Ils ont été formés et expérimentés enFrance. HONDJO forme des champions à Porto-Novo. Quel gâchis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *