jeu. Juin 20th, 2019

Les Écureuils dominent le Sily national de la Guinée ; l’analyse de Sosthène Seflimi

Les Écureuils du Bénin ont livré leur premier match de préparation, ce mardi 11 juin 2019, contre le Sily national de la Guinée sur la pelouse annexe du grand stade de Marrakech. Le score final est de 1-0 en faveur des Écureuils grâce à une superbe réalisation du capitaine emblématique Stéphane Sessegnon. Sur un coup-franc et d’une lourde frappe, l’ancien joueur des Requins Fc n’a laissé aucune chance au gardien du Syli National que d’aller chercher le ballon au fond des filets.
Stéphane Sessegnon marque ainsi son 22ème but en sélection et égale le meilleur buteur de l’histoire, Razack Omotoyossi. Avec cette défaite, la Guinée enchaîne sa deuxième contre-performance après avoir perdu 1-0 contre la Gambie. Le deuxième match des Écureuils se jouera contre Les Mourabitounes de la Mauritanie, le 18 juin. Les Écureuils vont rallier Ismaïlia, le 20 juin 2019, veille du  lancement de la Can.
L’analyse de Sosthène Seflimi 
 » Pour son premier match amical contre la Guinée, sur la route de la Can 2019, le Bénin a opté pour une équipe à 4 défenseurs et 5 milieux de terrain dont une sentinelle devant la défense et un attaquant à la pointe. Michel Dussuyer a choisi d’évoluer avec un bloc bas et un trio de milieux axiaux très agressifs sur le porteur de balle. Le dispositif tactique a montré ses avantages sur les phases de transition défensive, avec un Sessi d’Almeida et un Stéphane Sessegnon des plus généreux. Seulement, l’équipe n’a pas une manière d’attaquer et elle ronronne dès qu’elle récupère le ballon. Les deux hommes de couloir, David Djigla et Jodel Dossou sont très techniques et bien rapides balle au pied mais l’intelligence tactique leur faisant défaut, ils pèchent par leur mauvais déplacement. Le but béninois marqué sur coup franc par Sessegnon n’est que justice. Des deux formations, les Écureuils ont montré plus d’envie, sur les 45 premières minutes de jeu. Michel Dussuyer connaît la psychologie des Béninois et il sait que le résultat des matches amicaux importent pour le public, en faisant jouer Sessegnon qui est suspendu contre le Ghana, il a certainement voulu rassurer son groupe en alignant son équipe la plus compétitive, dans l’absolu et envoyer un message de confiance au public. Michel Dussuyer par son organisation du jeu a réussi à priver les Guinéens de la surface de réparation des Écureuils. J’ai entendu quelqu’un dire que le coach de la Guinée réservait ses véritables stratégies. J’ai failli en rire. Un match amical est effectivement différent d’un match de compétition. Mais aucun entraîneur ne s’amuse avec. Le Bénin a été meilleur que la Guinée au niveau de l’organisation, de l’engagement. Même si nos joueurs sont restés de mauvais manieurs de ballon. Le Bénin sort d’une préparation physique de mise au point. C’est le premier travail qui se fait à l’entame d’une compétition pour amener tous les joueurs au même niveau de condition physique. L’équipe ne pouvait que  s’émousser en deuxième mi-temps. Les Écureuils doivent en principe monter progressivement en puissance pour être fringants au premier match de la Can, si notre préparateur physique est bon. Michel Dussuyer n’a pas vraiment voulu tourner l’effectif. Peut être voulait-il se rassurer de ces certitudes ? Je pense qu’il avait besoin d’une victoire pour l’équipe et pour le peuple. Notre équipe est psychologiquement restée sur le même élan de solidarité qui a été observé lors du match retour contre le Togo. Les Écureuils seront difficiles à jouer pour tous leurs adversaires car l’équipe étant consciente de ses limites, accepte souffrir en concédant la possession de la balle à son vis-à-vis. Seuls Djigla et Dossou ont tendance à se lasser du travail défensif, mais le coach est là pour les remobiliser à chaque fois. Le gros problème du Bénin reste son incapacité à concevoir des phases de jeu offensive. L’équipe ne sait pas non plus jouer sur des contre-attaques rapides. Il sera laborieux pour les Écureuils de mettre des buts sur des phases de jeu. Heureusement qu’il sera aura autant laborieux pour leurs adversaires de leur en mettre. « 

1 thought on “Les Écureuils dominent le Sily national de la Guinée ; l’analyse de Sosthène Seflimi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *