jeu. Juil 18th, 2019

Les Écureuils domptent les Lions et se  positionnent

Les Écureuils du Bénin étaient face aux Lions Indomptables du Cameroun ce mardi deux juillet 2019, ceci pour jouer leur qualification pour les huitièmes de finale. À l’arrivée, les deux équipes se séparent sur un score de zéro but partout.
« On a écrit l’histoire et ça c’est le plus beau cadeau qu’on a pu faire au peuple béninois. Aujourd’hui on a encore la chance de pouvoir rêver grand parce qu’on sait que tout peut arriver en huitièmes de finale. C’est un match à élimination direct et vraiment tout peut arriver. Et c’est à nous de prendre cette chance », ainsi s’est prononcé Steve Mounié , après le match nul de la qualification. Avec trois matchs joués, trois points au compteur, les Écureuils ont réussi à signer leur qualification historique pour les huitièmes de finale de la Can Égypte 2019. Après le Ghana (deux buts partout) et la Guinée Bissau (zéro but partout), l’objectif était un seul. Tout faire pour sortir d’une  poule qui était pourtant défavorable théoriquement pour le 11 national et ce, peu importe comment cela se passera. Soit par un nul ou  sur une victoire.
Bref, même si victoire était bien possible, rien n’était sûr. Pendant 90 minutes Stéphane Sessegnon et ses coéquipiers, à défaut d’une victoire, ont tenu tête aux amis de Eto’o Samuel. Dans un match moins plaisant des deux côtés, seul l’avenir d’une des deux équipes était en jeu. Une erreur de la part des poulains de Dussuyer allait mettre tout un peuple dans le désespoir. Mais non ! ça n’a pas été le cas. Tout le 11 entrant n’était pas dans leur jeu. Des pertes de balle trop intempestives donnaient plus la possibilité à l’adversaire de s’affirmer, mais en vain. Avec l’entrée de Mickaël Pote, des doutes ont été implantés dans la défense de l’adversaire, même si les résultats n’étaient pas trop satisfaisants.
Saturnin Allagbé de l’autre côté, pour sa première titularisation en cette phase finale, a permis à l’équipe nationale de garder les filets imperturbables. La qualification donc est chose faite. Mais la suite de la compétition ne s’avère pas aussi facile. Les Écureuils seront en face du Maroc, un adversaire  de taille. Et donc une équation à plusieurs  inconnues, qu’il faut impérativement chercher à résoudre. Car l’histoire est écrite, mais il faut également la faire lire par toute l’Afrique. Quitter les huitièmes de finales pour les quarts ne sera pas fait sur calculs mais plutôt sur les précisions face à l’adversaire, et sur victoire bien sûr. C’est pas gagné d’avance. Comme le dit le sélectionneur, Michel Dussuyer, l’appétit vient en mangeant. Si au départ, l’objectif était de passer le premier tour, il n’est pas écarté que cela devienne désormais d’aller en quart de finale. C’est difficile, mais pas impossible !
Alors chers écureuils, faîtes rêver le peuple. Créez la surprise. C’est bien possible
Vive Bénin !
Allez les Écureuils!
Hilary Christelle Tolo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *