jeu. Juil 18th, 2019

 Poté, Kiki et Sègbè Azankpo et autres croient comme fer 

« Quand c’est dur, ce sont les durs qui résistent » : c’est par cette citation que l’international Désiré Sègbè Azankpo du FK Senica (1ère division Slovaque) s’exprime à nos micros comme Poté et Kiki avant ce match Bénin # Cameroun de ce mardi 2 juillet 2019 au stade de Ismailia en Egypte. Tous sont conscients de la tâche immense qui les attend face aux Lions indomptables du Cameroun, champion d’Afrique en titre dans le cadre de la 3ème journée des matches de poules de la phase finale de la Coupe d’Afrique des nations (Can). Lisez-les…
Désiré Sègbè Azankpo : « Quand c’est dur, ce sont les durs qui résistent. Il y a un bon état d’esprit. Nous sommes un groupe qui vit bien comme je l’ai toujours dit. Nous allons aborder ce match comme le tout premier face au Black Stars du Ghana avec tout l’engagement et toute la détermination qu’il faut. Nous le jouons pour le gagner. Nous n’allons pas pour essayer de gérer. Nous avons besoin d’une qualification et pour cela nous jouons pour gagner quel que soit le prix du sacrifice.»
David Kiki : « Après nos deux match nul, on s’est  compliqué un peu la tâche ; mais nous sommes conscients de l’enjeu de ce dernier match. Et nous sommes tous déterminés à jouer cette finale contre les camerounais et on donnera tout pour gagner ce match comme d’habitude. »
Rodrigue Kossi : « Nous sommes tous unis avec une grande force, et donc un bon état d’esprit. Nous n’avons rien à perdre. Nous allons tout donner au cours de ce match. C’est comme une finale pour nous, et une finale on ne l’a joue pas ; mais on la *gagne* . Voilà pourquoi nous devons être concentrés pour ce match. »
Stéphane Sessegnon, capitaine du Bénin : «Contre la Guinée Bissau, ça n’a pas été facile. C’est une équipe qui joue entre eux. On a beaucoup essayé. On s’est créé ~pas~ de véritables occasions. Un point, ça nous permet d’y croire pour la suite. Tout est possible dans cette compétition. Donc le football, c’est ça. Il faut y croire. Nous, on n’a plus le choix. Face à une équipe camerounaise qui voudra nous battre pour finir premier de ce groupe, et nous aussi, pour continuer l’aventure. Donc, il va falloir qu’on batte cette équipe de Cameroun. On sait que ça ne serait pas facile mais aujourd’hui, on n’a pas d’autre choix que d’y croire et de penser à ça. Ça va être la guerre. Parce que,  ce que nous, on est venu chercher, ça passera peut être par ce match contre le Cameroun.»
Olivier Verdon, défenseur des Ecureuils du Bénin : « Oui ! On est déçu du match face à la Guinée Bissau. C’est normal. On aurait mérité de gagner ce match. On sait qu’il y a une finale qui se joue contre le Cameroun et on va bien se préparer. On a démontré à plusieurs matches qu’on était capable de faire de grandes choses. Comme je l’ai dit, on n’a peur de personne. On sera présent contre le Cameroun. On n’a pas peur contre cette équipe. On les respecte. Parce qu’on sait que c’est une très bonne équipe. C’est l’équipe championne d’Afrique en titre. On va aborder le match sereinement.»
Emmanuel Imorou, latéral gauche des Ecureuils du Bénin : «Forcément qu’on est déçu. On voulait gagner ce match. Il reste, quand même un match face au Cameroun. On va faire ce qu’il faut pour pouvoir nous qualifier. Ça se complique. Oui et non. C’est une Coupe d’Afrique. Comme je l’ai dit, ça reste un match. Jusqu’à maintenant, on n’a pas encore perdu. Face au Cameroun, on verra ce que ça va donner.»
Michael Poté, attaquant des Ecureuils du Bénin : «Il n’y a rien de cachette. Ce n’est pas fini. Ce n’est pas parce qu’on n’a pas battu la Guinée Bissau qu’on n’y arrivera pas. C’était le match le plus difficile. On l’avait dit et on le savait. On est encore dans la compétition. Ça reste un match. Vous verrez. Beaucoup de personnes pensent que, voilà, c’est fini et tout. Et moi, je vous dis, il faut attendre mardi et vous allez voir. Le Cameroun n’est pas encore qualifier. Ça rend la tâche plus difficile pour nous comme ça rend la tâche aussi difficile pour eux. Je pense qu’ils nous ont bien observés pendant ces deux matches. On est une équipe qui va être aussi très difficile pour eux. Moi, je sais que j’y crois. On y croit tous. Je peux vous garantir qu’on y croit. On va les déranger quoi qu’il arrive. On va les montrer qu’on n’est pas venu ici pour rien.»
De Ismailia, Pérez Lekotan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *